Médecine : Comment ouvrir une pharmacie au Mali ?

Médecine : Comment ouvrir une pharmacie au Mali ?

Il y a 66 ans ou plus, le Mali ne comptait que huit (8) officines de pharmacies sur l’ensemble du territoire. On dénombrait à l’époque quatre à Bamako, une à Kayes, une à Ségou, une à Mopti, et une à Sikasso. Aujourd’hui, le pays compte environ 600 officines de pharmacies sur l’ensemble du territoire national. Pour ouvrir une pharmacie, toute une panoplie de démarches sont à suivre.

L’Ordre des pharmaciens du Mali, qui intervient dans le processus d‘ouverture, dispose d’un délai maximum de quinze (15) jours pour émettre un avis motivé sur les demandes qui lui sont soumises. Le Ministre chargé de la santé publique et des affaires sociales dispose d’un délai de trente (30) jours à compter de la date de dépôt, pour donner suite aux demandes qui lui sont adressées.

De la demande d’agrément à la création de l’officine, en passant par l’acquisition de la licence d’exploitation, les démarches administratives sont bien définies selon le Président de l’Ordre des Pharmaciens du Mali Aliou Badra WADE : « Lorsque vous avez une autorisation, après quoi vous aménagerez selon les règles définies pour faire une demande d’obtention de la licence d’exploitation délivré par le ministre de la santé ».

Le document intitulé ‘’Problématique de l’installation du jeune pharmacien à Bamako (Mali)’’ pour l’obtention du grade de Docteur en Pharmacie soutenu par M. TRAORE BOUBACAR ALAMA, en 2002, indique que le quota pour l’ouverture d’une officine de pharmacie ou d’un dépôt de produits pharmaceutiques est d’un établissement pour 8.500 habitants dans les agglomérations de 500.000 habitants et plus ; d’un établissement pour 7.500 habitants dans les agglomérations de 100.000 à 500.000.

Aussi, ajoute-t-il qu’une distance minimale de 500 mètres doit séparer obligatoirement deux établissements.

Pour M. TRAORE BOUBACAR ALAMA : « l’étape de l’agrément ne pose normalement pas de problème si tous les dossiers fournis sont conformes. L’autorisation d’exercer ou l’agrément permet à son bénéficiaire d’être employé dans un établissement privé. Elle ne permet pas l’ouverture. La demande prend en compte les notions de personnes morales et physiques. Au Mali, 84% des pharmacies sont sous le statut d’exploitant personnel. Il est donc ressorti à travers notre enquête, que la source principale de l’investissement des pharmaciens questionnés était personnelle, dans 47% des cas. Seuls deux d’entre eux avaient eu recours à un prêt bancaire ».

En 2002, l’impétrant déclarait que 67% des pharmacies avaient obtenu un agrément au bout de 3 mois maximum et 22% entre 3 et 6 mois. En ce qui concerne la licence, ce sont 32% entre 0 à 3 mois, et 22% entre 3 à 6 mois ou de 6 à un an.

Andiè A. DARA

Maliba 24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 + 4 =