[Tribune] Le sort du Mali est lié à celui de Soumaïla Cissé

[Tribune] Le sort du Mali est lié à celui de Soumaïla Cissé

Plus de deux mois après l’enlèvement du chef de file de l’opposition malienne, onze personnalités, dont deux anciens Premiers ministres du Burkina Faso et du Sénégal, lancent un appel à « tout faire pour obtenir sa libération ». 

Soumaïla Cissé est un ami et nous sommes tous très inquiets. Le 25 mars dernier, le chef de file de l’opposition au Mali, candidat ayant participé à trois reprises au second tour des élections présidentielles de 2002, 2013 et 2018, a été enlevé par un groupe d’hommes armés alors qu’il faisait campagne pour les élections législatives dans sa circonscription de Niafunké, après que le gouvernement ait assuré que la sécurité du scrutin était assurée sur l’ensemble du territoire. Sa voiture a été mitraillée sans sommation. Son garde du corps tué. Des collaborateurs blessés. Tous ont été libérés, mais sans pouvoir donner de nouvelles de notre ami, isolé dès son kidnapping.

La mise à l’écart et le silence du président de l’URD constituent un grave préjudice pour le pays, profondément meurtri par les violences depuis plusieurs années. Le sort du Mali est étroitement lié à celui de Soumaïla Cissé. Il est vain de croire que ce pays pourrait retrouver la paix, la stabilité et la sécurité avec le chef de file de l’opposition retenu par un groupe armé, et donc incapable de peser dans les décisions et de contribuer activement à un élan national nécessairement inclusif.

Homme d’État

Soumaïla Cissé est de la trempe d’un homme d’État. Son parcours l’atteste. Sa prise en otage n’en est que plus insupportable. La plupart d’entre nous le connaissons depuis les années 1980, lorsque le jeune Soumaïla occupait déjà un poste à haute responsabilité à la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT), la plus grande entreprise malienne. Parmi les programmes dits « cotonniers » lancés avec succès dans une demi-douzaine de pays d’Afrique de l’Ouest durant ces années, seul le programme malien a bénéficié de financements de la Banque mondiale, séduite par cet homme à la fois charismatique, dynamique et très sérieux.

Nous l’avons tous retrouvé, de 1993 à 2000, lorsqu’il a été un ministre des Finances efficace, puis ministre de l’Équipement, l’Aménagement du territoire, l’Environnement et l’Urbanisme dans une période pourtant particulièrement difficile.

Durant sa brillante carrière à la tête de la Commission de l’UEMOA de 2004 à 2011, une institution qu’il a dynamisée, notre amitié s’est renforcée. Un ami pour lequel nous avons la plus grande estime, non seulement professionnelle, mais aussi parce que nous avons découvert sa simplicité, sa sincérité, son humanité, sa rigueur, son sens de l’État et du devoir, et aussi son profond amour pour son pays et le continent.

Jeune Afrique

Maliba 24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
10 − 10 =